Association



Télécharger toutes les infos : [clic]


D'hier à aujourd'hui

En 1848, un couple de vendômois, monsieur et madame Maréchal, décident d’accueillir et d’accompagner tous ceux qui ont besoin d’aide. Face aux besoins de la population ils ne peuvent pas répondre seuls. Ils sont vite rejoints dans leur tâche par les sœurs du Saint Cœur. Celles-ci vont diriger et animer l’établissement jusqu’en 1977. Elles développent, en fonction des besoins de la population de Vendôme un accueil des enfants, des personnes handicapées et des personnes âgées, une clinique puis une école ménagère.
Confrontées à l’absence de vocations, les sœurs du Saint Cœur recherchent une congrégation partageant leur charisme et prête à continuer les missions d'accompagnement avec compassion. La Congrégation du Bon Secours de Paris va répondre positivement aux appels du Saint Cœur. Les Sœurs, puis des laïcs, vont étendre l’œuvre initiale pour toujours accompagner l’autre. Les sœurs vont diriger les établissements et prendre des initiatives pour faire perdurer les missions :
La mission d’enseignement est confiée au Collège et Lycée Saint Joseph de Vendôme (enseignement Catholique, diocèse de Blois). Le bâtiment utilisé aujourd’hui en lycée professionnel appartient toujours à la Congrégation et sert aussi d’internat pour les filles du Collège et Lycée.
La clinique va être cédée en 1984 aux médecins qui travaillaient avec les sœurs. Ces derniers vont exploiter la clinique en gardant le nom Saint Cœur. La convalescence leur sera cédée en 2006. Elle appartient aujourd’hui à un groupe privé commercial.

L’accueil des personnes âgées va évoluer. La maison de retraite va d’abord se moderniser puis devenir médicalisée. Elle accueille aujourd’hui 122 personnes âgées, laïques et/ou religieuses. Cet établissement pour personnes âgées dépendantes se nomme EHPAD1 Bon Secours.
A Blois, le diocèse va confier en 2005 la gestion de la maison de retraite Charles de Blois, qui accueille 20 membres du Clergé en retraite dans une PUV2 médicalisée.
L’accompagnement de personnes en difficultés sociales et professionnelles sera relancé en 2003. C’est jusqu’à 15 personnes qui sont encadrées par 40 tuteurs professionnels. Formées et professionnellement réinsérées, elles resteront au Bon Secours ou auront retrouvé ailleurs un emploi grâce à leur nouvelle capacité de travail (formation et qualification).

La communauté du Bon Secours vit sur place. Au cœur de l’établissement, les sœurs âgées sont prises en charge par la maison de retraite. Depuis 2014, la communauté active bénéfice de la maison Sainte Anne, qui peut accueillir 5 personnes. Une sœur aide soignante fera partie de l’équipe de travail jusqu’en 2005. Les équipes de travail sont à leur tour, aujourd’hui, animées par la volonté de servir les personnes âgées dans un cadre chrétien.


EHPAD Bon Secours

Une des caractéristiques du Bon Secours est de proposer un domicile à taille humaine où chacun peut se sentir chez soi. Chacun dispose d’un lieu privé, qu’il choisit parmi trois pavillons distincts d’une quarantaine de personnes. L’EHPAD Bon Secours est avant tout un lieu de vie organisé pour héberger les personnes âgées dépendantes, reconnu par les autorités que sont l’Agence Régionale de Santé du Centre Val de Loire1 et Le Conseil Départemental de Loir et Cher2. Le système financier de l’association implique une gestion équilibrée chaque année.

Vivre au Bon Secours

Les valeurs de l’EHPAD Bon Secours s’inscrivent dans la continuité de l’œuvre des sœurs. Ainsi, tous les acteurs de l’établissement sont invités à partager le sens du projet commun de l’établissement.
Accompagner le développement de la personne humaine dans son intégralité pour : respecter la dignité de la personne à chaque moment de sa vie, promouvoir son autonomie et accompagner sa perte d’autonomie, soulager sa souffrance, permettre une attention aux valeurs humaines et spirituelles de chacun en relation avec la Congrégation, accompagner la fin de vie du résident et entourer sa famille.
L’accompagnement des résidents, articulé par le projet individualisé qui regroupe : sa vie sociale, sa vie au sein de l’établissement, ses attentes et besoins après quelques mois, une enquête de satisfaction et, l’élaboration de projets personnalisés.

Organiser l’EHPAD

L’organisation de l’EHPAD répond à des obligations législatives et réglementaires dont ressortent des outils relatifs aux droits des résidents : Charte des droits et libertés de la personne accueillie, Promotion de la Bientraitance, Conseil de la Vie Sociale (CVS), Projet de vie sociale, Projet de soins.
Le projet de soins fait ressortir trois thèmes principaux : Accompagner chacun dans sa perte d’autonomie pour vivre ensemble. Vivre les soins avec dignité, entouré par les équipes. Améliorer la qualité de gestion des médicaments.

Le cœur de Notre Action

Chacun des trois projets suivants : vie sociale et hotellerie, organisation des soins, organiser l'avenir, se basent sur la solidité de l'association gestionnaire pour accompagner les résidents. C’est dans ce mouvement que s’inscrivent les équipes de l’EHPAD Bon Secours pour garantir aux résidents un accueil de qualité en constante adaptation.

chapelle du Bon Secours

La communauté de Vendôme

La responsable de pays, Sœur Noelia Larra Nunez, participe à l'association de gestion des Maisons du Bon Secours (EHPAD, PUV, Béguinage) et aux réunions du Conseil de Vie Sociale. Elle est responsable des différentes communautés religieuses du pays.

Depuis février 2019, Sœur Odile Royer est responsable de la Communauté du Bon Secours à Vendôme. Elle organise la vie religieuse de la communauté et fait bénéficier à tous son ouverture.
Les sœurs actives bénéficient d’un espace pour travailler, accueillir et vivre : la maison Sainte Anne. Cette maison est à la disposition de la communauté depuis 2014. Elle permet l'accueil de 5 personnes.
Les sœurs dépendantes sont hébergées dans l’EHPAD, prioritairement dans l'aile communauté du pavillon Sacré Cœur. Elles ont un accès direct à la Chapelle.
La vie communautaire comme l’organisation matérielle sont très liées à la vie de Vendôme: participation active à la vie paroissiale et aux œuvres sociales dont le Secours Catholique.
La participation à la vie de l’EHPAD comprend plusieurs volets: SEM (Service Evangélique des Malades), participation à l'encadrement (membre équipe d'encadrement, membre comité Qualité et Risques, membre Conseil de Vie Sociale). Chaque mois, les sœurs communiquent avec les équipes au travers de la lettre d'information, dans une optique de pastorale.
La communauté et présente chaque fois que les équipes de l'EHPAD ou de la PUV se mettent dans une position de "compassion". C'est en pleine conscience et avec le soutien de la Congrégation que les équipes de travail peuvent soutenir les résidents et leur entourage dans le travail quotidien.

Les soeurs actives ont décidé de développer la vie pastorale de l'établissement et ont donc fait le choix de confier tous les travaux matériels à l'EHPAD. C'est pourquoi elles bénéficient depuis 2019 d'une intendante (administration) et d'une maitresse de maison (hotellerie).


Association Bon Secours de Paris Maisons de Retraite

L’association a pour but de poursuivre l’Identité Catholique des œuvres fondées par la Congrégation des Sœurs du Bon Secours de Paris, notamment de promouvoir et développer toutes les activités sanitaires et sociales dans le respect des principes éthiques de santé en référence à son texte fondateur. Son action se situe au plan de l’accompagnement de la personne dans ses conditions de vie, en tenant compte de ses besoins thérapeutiques et spirituels, dans le respect des religions.
Cette association de gestion des Maisons du Bon Secours de Vendôme a été créée en 2009 à l’initiative de la Congrégation des sœurs du Bon Secours.
L’association regroupe des laïcs bénévoles et des sœurs. Les membres de l’association donnent les orientations et assistent le directeur des Maisons. Les membres participent activement à l’amélioration de la qualité en apportant chacun leur expertise.
Le conseil d’administration regroupe des experts de différents métiers : chef d’entreprise, économiste du bâtiment, notaire, communication, gestion. Les membres se réunissent chaque trimestre à l’initiative de la présidente (appartenant à la Congrégation). Chaque administrateur va en liberté proposer ou donner son avis sur les orientations et les dossiers menés depuis la réunion précédente.

L’association est reconnue d’intérêt général. Cette reconnaissance permet d’accepter les dons et à chaque donateur de recevoir un reçu fiscal déductible des impôts au taux de 66%.
Présidente : Sœur Nancy GLYNN.


La Petite Unité de Vie Charles de Blois

Le diocèse de Blois a choisi d’assurer l’accompagnement de ses prêtres âgés. En 2005, face à la montée de la dépendance des résidents et le besoin de professionnalisation, il a choisi de confier la mission au Bon Secours. Une convention de coopération a été signée entre le diocèse et la congrégation.

Cet établissement est situé à Blois, à 35 kilomètres de Vendôme. Il est autorisé par l’ARS et le CD pour l’hébergement de 20 personnes âgées du clergé en mutualisation de moyens avec l’EHPAD Bon Secours de Vendôme.
L'autorisation de petite unité de vie médicalisée a été renouvelée par arrêté du 26 novembre 2018, pour la période 2017 à 2031.
Les résidents hébergés sont plus autonomes qu’à Vendôme. La vie de l’établissement est régie par une vie communautaire animée par un supérieur, Monseigneur Philippe Verrier, qui travaille en relation avec l'infirmière responsable de la maison. L’établissement accueille principalement des prêtres, des religieuses et des demoiselles consacrées. Chaque résident dispose d’une chambre et d’un bureau.
Le projet de service consiste à permettre une vie individuelle et communautaire, adaptée à une petite structure. Les résidents bénéficient des mêmes droits qu'en EHPAD. Ils se retrouvent non pas en CVS mais en Groupe de Parole, tous invités à échanger sur la vie sociale et le fonctionnement de l'établissement.
Une équipe de 10 personnes anime l’établissement en y assurant toutes les fonctions.
La médicalisation permet d’avoir 2 infirmières et 2 soignantes le jour. Chaque nuit une personne assure le travail de veille. Les professionnels de Vendôme interviennent de façon régulière (infirmière coordinatrice, nutritionniste, ergothérapeute, gouvernante).
Comme à Vendôme, les services sont intégrés : lingerie, cuisine, entretien. Toutefois, la taille de l’établissement ne permettrait pas de fonctionner sans l’aide permanente de Vendôme pour assurer le travail administratif et les travaux d’entretien technique.
Comme à Vendôme, des évaluations internes et externes ont été menées. Le résultat de l’évaluation externe a permis le renouvellement de l'autorisation.
Le budget de l’établissement est de 768 500 € pour 2020. La contribution de l’ARS est évaluée à 98 000 €. Le Conseil Départemental a évalué le budget dépendance à 73 530 €. Le coût pour le résident était de 64 € par jour ou 1920 € pour un mois en 2019. Le diocèse participe activement pour équilibrer le budget chaque année.


La mutualisation

Depuis 2018, les Maisons du Bon Secours ont intégré le réseau chrétien ADEODAT. Ce réseau regroupe 12 établissements médicaux sociaux chrétiens, de plusieurs congrégations. L'association demande à ce que soit respectée une charte associative orientant l'accompagnement réalisé dans les maisons.
L'association ADEODAT comprend un Comité Ethique qui émet des recommandations basées sur les recommandations ANESM, adaptées au charisme des Congrégations gestionnaires. Parmi les recommandations, nous avons participé à l'écriture de protocoles dont la "liberté d'aller et venir" (contention), et l'accompagnement de fin de vie. Nous avons aussi repris leur protocole éthique sur le "refus de soins".
Le directeur dispose de regroupements mensuels qui permettent d'avancer en administration (RH, contrats de séjour,...). L'infirmière coordinatrice bénéficie elle aussi de regroupements.
Les collaborateurs disposent de journées de formation afin de comprendre le "prendre soin" proposé par le réseau et comprendre la finalité d'une prise en charge dans une optique d'établissement chrétien.
L'association de gestion et la congrégation disposent eux aussi de réunions spécifiques qui permettent de faire avancer les relations de chaque association gestionnaire et chaque congrégation.

UN BON SECOURS

One Bon Secours, initié en 2016 par le Bon Secours aux Etats Unis a conduit à une reflexion générale des différents pays où les oeuvres du Bon Secours de Paris sont animées par des établissements et services sanitaires et médico sociaux. Cette initiative enrichissante pour chaque pays a permis le rapprochement des Etats Unis, de l'Irlande et de la France.
Une première action visible fut l'utilisation de la fleur Bon Secours, cette fleur de lys stylisée a trois pétales qui représentent: l'enracinement dans le passé, la présence aujourd'hui et, l'ouverture vers le futur.
Depuis mai 2018, les Maisons du Bon Secours à Vendôme et Blois bénéficient de l'appui technique des experts américains et irlandais pour élaborer des projets de long terme et s'ouvrir à des méthodes d'élaboration de projets modernes. Cet appui technique fut nécessaire pour avancer tant les projets de modernisations que pour créer le projet de béguinage.
Le béguinage intergénérationnel Bon Secours consiste en la création de 4 maisons de 4 appartements avec le développement d'une vie communautaire entre les quatre cellules familiales de chaque maison (salon commun) et une intégration à la vie de l'EHPAD (bénévolat) et/ou le la communauté religieuse (offices, services).